PRESS-RELEASE-banner-v2

NCA ferme des stations radio non autorisées conformément à la décision d’ECT

Actualités

NCA ferme des stations radio non autorisées conformément à la décision d’ECT

Les stations de radio exploitées sans autorisation valide, telles que déterminées par l’audit de radiodiffusion FM de 2017, sont fermées avec effet immédiat à titre de mesures d’application de la loi à la suite de la décision du Tribunal des communications électroniques.

À la suite de l’audit du spectre FM en 2017, certaines stations ont été jugées en défaut et ont été condamnées à une amende par l’Administration. Cependant, certaines des stations en défaut n’ont pas été satisfaites et ont été instruites devant les divers tribunaux; Le Tribunal des communications électroniques (TCE) et la Haute Cour pour faire appel de la décision de l’NCA.

Cela a abouti à une décision du TCE en 2018 qui a examiné le statut des autorisations de radiodiffusion FM expirées et qui a jugé, entre autres, que les entreprises dont les autorisations avaient expiré reviennent à la même position qu’un nouveau demandeur. Alors que certaines stations ont fermé à la suite de cette décision, d’autres ne l’ont pas fait.

À cette fin, et conformément au règlement 65 (1) du Règlement de 2011 sur les communications électroniques, L. I. 1991, qui stipule qu’«une personne ne peut utiliser une fréquence radio sans l’autorisation de l’Autorité», l’Autorité nationale des communications (NCA) impose la fermeture des stations de radio FM qui fonctionnent sans autorisation.

Il convient de noter que, comme l’a décidé le TCE, la présentation d’une demande de renouvellement après l’expiration de l’autorisation n’est pas une demande valable et ne doit donc pas être prise en considération par l’Autorité.

Bien que les entreprises touchées par cette fermeture puissent soumettre de nouvelles demandes à l’Autorité si elles le souhaitent, ces demandes doivent passer par la procédure requise pour une nouvelle autorisation de radiodiffusion FM et le résultat sera communiqué aux demandeurs.

Le grand public est également informé que les entités ne sont autorisées à utiliser les fréquences que pour une durée ou une période spécifique. Les fréquences sont des biens nationaux et non les propriétés des utilisateurs, car elles ne sont pas attribuées aux utilisateurs à perpétuité.

L’Autorité saisit cette occasion pour encourager tous les titulaires de permis et d’autorisations à veiller au respect des différentes conditions de leurs permis et autorisations, ainsi que des réglementations pertinentes.